Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

Info UFOF- Groupe de travail pour la rédaction des décrets

Les Pouvoirs Publics nous autorisent à vous communiquer,  les informations suivantes :

Le 24 juin 2003 s’est tenue, au Ministère de la Santé, une réunion en présence de Monsieur Philippe THIBAULT, Conseiller technique de Monsieur Jean-François MATTEI Ministre de la Santé, concernant la constitution du groupe de travail :

Au vu des résultats de l’enquête de représentativité, 6 associations ont été retenues pour travailler à la rédaction des décret  :

  • 5 associations d’ostéopathes (Union Fédérale des Ostéopathes de France [UFOF], Syndicat National des Ostéopathes de France [ SFDO], Syndicat National des Ostéopathes de France [SNOF], Association des Ostéopathes de France [AFO], Ostéos de France)

  • l’association de chiropraticiens : Association Française des Chiropraticiens (AFC)

Dans sa structure principale, le groupe se composera de :

  • un titulaire et un suppléant par association d’ostéopathes

  • un titulaire et un suppléant pour l’association des chiropraticiens

  • des représentants pour l’ Ordre National des médecins

  • des  représentants pour l’ANAES

  • des représentants pour les masseurs-kinésithérapeutes

  • Monsieur le Professeur Guy NICOLAS

Le groupe sera piloté par

  • Madame C. MESCLON

  • Monsieur L.R AUBENAS représentants tous deux de la DHOS

Une réunion préparatoire  de cadrage se tiendra le 9 septembre. Elle sera suivie de 6 autres réunions qui s’étaleront jusqu’au 16 décembre 2003.

Une convocation sera adressée à chaque organisation participante dans les prochains jours.

Tous  ces renseignements nous ont été communiqués par Monsieur AUBENAS et le Professeur Guy NICOLAS  lors de plusieurs entretiens téléphoniques au cours du mois de juin.

Ces informations appellent quelques commentaires :

seules les associations socioprofessionnelles seront présentes dans ce groupe de travail
comme nous vous l’avions annoncé dès le début du mois de mars les ostéopathes mais aussi les kinésithérapeutes et les médecins participeront aux négociations

Les associations d’ostéopathes ont tout intérêt à se concerter dès aujourd’hui, pour aplanir les différends et présenter un front uni basé sur les critères d’exercice que nous défendons depuis toujours (exercice unique, consultant de premier rang, diplôme de troisième cycle).

C’est pourquoi l’Union Fédérale des OSTEOPATHES DE FRANCE  renouvelle sa proposition à toutes les associations qui revendiquent ces critères, d’ ouvrir un dialogue constructif et d’entreprendre une large concertation. Dans cet esprit, elle a déjà pris des contacts et engagés des discussions avec plusieurs membres du groupe de travail.

La Coordination Nationale des Ostéopathes, qui a déjà transmis,  aux services du Ministère de la Santé concernés, les résumés des travaux de ses commissions, sera un groupe de réflexion où chaque association sera invitée à participer activement.

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL FÉDÉRAL DE L’UFOF

(Confère : courriel de Monsieur Jacques Lapouméroulie du 21 novembre 2003) [1]

La proposition de l’UFOF émane, après avis, de documents produits par l’Institut National de Formation en Ostéopathie (INFO).  Cette association regroupe 17 collèges ostéopathiques, de formation initiale et en alternance dispensant une formation sur 6 années.

Il ressort de ces documents que :

  • la formation spécifique ostéopathique doit être d’au moins 1200 heures incompressibles de formation académique

à laquelle il faut ajouter :

  • une formation complète en sciences fondamentales, médicales et psychologie  pour les étudiants en formation initiale

  • une formation complémentaire spécifique suivant les pré requis pour la formation en alternance ; un médecin n’aura pas à reprendre la sémiologie par exemple

même s’il apparaît que le diplôme de masseur kinésithérapeute fait partie des pré-requis permettant d’accéder aujourd’hui à la formation en alternance et certainement demain aux passerelles, cela ne dispense pas d’intégrer une formation en alternance complète telle qu ‘elle existe depuis des années dans de nombreux collèges. En effet le travail d’apprentissage de la main, du concept et de la philosophie ostéopathiques, ainsi que le travail d’acquisition de l’intégralité du diagnostic et de la thérapeutique ostéopathiques, ne peut se faire avec une économie d’heures telle qu’on a pu l’observer dans certains centres de formation.

Or  le projet de l’ONREK nous cite 550 h de cours théoriques et 510 h  de Stages de pratique, plus 400 h  minimum de Pratique « dirigée » quotidienne de l’exercice  de l’ostéopathie en cabinet ou en milieu hospitalier ou clinique ou centres. Ce qui est encore loin des 2300 heures actuelles demandées à un kinésithérapeute ou des 1710 heures demandées à un médecin pour accéder au diplôme d’ostéopathie défendu par l’UFOF.

Nous avons bien noté le projet de l’ONREK de monter à 6 stages par an pendant 5 ans, auxquels s’adjoindraient des stages pratiques. C’est à minima ce qui existe aujourd’hui. Mais ce souhait ne fait pas état pas  du nombre de jours par stage (2 comme le montre le document joint ! !), ni de son contenu, ni du projet de formation, ni des formes d ‘évaluation…

Ces différents points  montrent bien qu’au-delà d’une forme qui se veut changeante pour être ressemblante, rien dans le fond ne permet à Monsieur Lapouméroulie de dire qu’ « en grande partie sur la forme » et encore moins sur « le fond » les projets du SNMKR se rapprochent de ceux de l’UFOF.

Derniers points d’importance, l’UFOF ne réclame certainement pas un pré-requis exclusif de masso-kinésithérapie, et n’a jamais demandé un Diplôme d’État d’Ostéopathie. Notre volonté réside dans une formation qui soit indépendante afin de préserver la spécificité du diagnostic et du traitement ostéopathique et afin de ne pas diluer des « techniques » dans d’autres concepts qui risquent à terme d’en altérer l’essence, l’efficacité et l’innocuité.

Pour clore, nous demandons l’accession à un Diplôme spécifique d’Ostéopathe, profession à haut niveau de responsabilité  pratiquée en exercice exclusif pour des raisons de sécurité du patient.

Le Conseil Fédéral de l’UFOF


1. Courriel de M. Lapouméroulie

Ce communiqué fait référence à un courriel adressé par M. Jacques Lapouméroulie dont voici la teneur :

 "C'est avec la plus grande attention que le SNMKR a pris connaissance de l'envoi des propositions de l'UFOF concernant les études.

Nous sommes heureux de constater que sur le fond et en grande partie sur la forme ,celles ci rejoignent celles que nous avons adressées il y a quelques jours au Ministère. Il est raisonnable de penser que nous pourrions dans cet optique présenter un travail commun dans l'optique de la reconnaissance de ce qui nous est cher. Le SNMKR a parfaitement défini son souhait d'un diplôme d'état d'ostéopathe et une proposition d'enseignement qui privilégie aussi bien le public que le privé. Nos interrogations : quel est votre sentiment par rapport à un D.E.O et par rapport à un enseignement à la Faculté ;ou dans des IFMK, ou dans des UFR? Les centres d'enseignement privés seront sous quelle tutelle,et avec quel partenaire les conventions pourront être signées?(entre autre stages cliniques ou hospitaliers et responsabilité). En vous remerciant de vos réponses".

Courriel publié avec l'autorisation de M. J. Lapouméroulie. 

Publicité

Bulletin d'abonnement

abonnement juin17

Les Revues

Congrès & conférences

Nous avons 808 invités et un membre en ligne

Recevez notre newsletter

Aller au haut