Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

puzzle
fotolia 47278801
legislation
fotolia_47482661

 

Gesret Jasques

Jacques Robert Gesret, Honoris Causa Académie d'Ostéopathie de Montréal - Méthode Gesret : Étude d'un cas particulier : Valentin, 10 ans

Valentin, âgé de 10 ans a été vu à plusieurs reprises par une praticienne française qui a refusé de procéder au calage, vu qu'elle se sentait « ostéopathe avant tout ». Cette personne « travaille à quatre mains » avec une psychothérapeute (1).

Jacques Gesret a proposé aux parents de les recevoir au Paraguay, avec leurs deux enfants « asthmatiques » afin de procéder lui-même à leur rééquilibration, ce qu'ils ont acceptés.

Ils sont donc venus 12 jours et J. Gesret pu travailler sur ces deux enfants : Lorenzo 13 ans et Valentin 10 ans.

Le cas de Lorenzo étant moins « mécanique » que celui de Valentin, cette étude ne porte donc que sur ce dernier.

En tout premier lieu, un traitement par azithromycine macrolide conçu pour les affections respiratoires à mycoplasmes a été proposé. En même temps a été utilisé le Fluconazole (Diflucan) qui bloque la reproduction de champignons et en traitement de fond sur 20 jours (3). Du fait de leur court séjour, le traitement médicamenteux des deux enfants se poursuivra à leur retour en France.

L’histoire de Lorenzo et de Valentin

Lorenzo est né le 10 mars 1998 avec ventouse et présente une gêne par cordon ombilical.

  • vers 9 mois, eczéma aux creux poplités ;
  • vers 9 mois, petites bronchites asthmatiformes ;
  • vers 12 mois, diarrhées pendant 1 mois (grains noirs durs dans les selles, comme du sable) ;
  • vers 3 ans et demi, première « crise d'asthme » ;
  • 4 ans, fracture en « bois vert » de la clavicule droite ;
  • 5 ans, ablation des amygdales et végétations : Lorenzo a toujours le nez bouché et respire avec la bouche ouverte, avant comme après cette intervention ;
  •  raclement gorge avec palais et chatouillis oreilles ;
  •  8 ans, fracture de la clavicule droite ;
  •  traitement de fond Bécotide (4) (mais non suivi régulièrement quand Lorenzo respire mieux) ;
  •  sensibilité marquée aux acariens, aux poils de chat ;
  • parfois petite plaque rouge sèche (eczéma ?) à l’intérieur des cuisses.

Valentin né le 26 juin 2002

Valentin présente beaucoup de croûtes de lait, de l’eczéma sur la joue et la tempe droite environ à 8 mois et aux creux poplités

Vers 6 mois :

  • première série de kinésithérapie respiratoire AFE (5) (une dizaine de séances) ;
  • deuxième série : (entre 10 et 15 séances au total) ;
  •  séjour de 3 jours à l'hôpital à 2 ans et demipour crise « d'asthme » importante : prise cortisone orale, ensuite traitement Sérétide (6) ;
  •  allergies nez yeux au printemps avec difficultés respiratoires. Prescription de Nazonex avec gouttes oculaires et antihistaminique (7) ;
  •  suivi chez un pneumologue : traitement Sérétide quasiment toute l'année (après un arrêt de deux jours : rechute) ;
  • visite chez le pneumologue en 2011 refusant la possibilité des candidoses pulmonaires ;
  •  test cutanés : sensibilité acariens, pollens, graminées, poils chat, Aspergillus ;
  • test sanguin : sensibilité alimentaire : lait vache, œuf, soja et gluten ++ ;
  • séro diagnostic : 2011 : Candida albican négatif, Aspergillus positif, et mycoplasme (ancien).

Illustrations

Valentin 01

Valentin à son arrivée

On remarque à gauche (de son thorax) la proéminence de ses cartilages chondrosternaux au niveau 4, 5 et 6 èmes côtes indiquant une rotation importante de ces étages. Selon J. Gesret, cet état serait survenu après les séances de kiné respiratoires AFE qui furent, selon la maman, assez violente. Il a d’ailleurs retrouvé des cals à droite indiquant qu’il y avait eu félure ou fracture de côtes.

Au niveau dorsal, un bloc totalement verrouillé de T8 à T10 (point clé d'inversion des courbures sagittales), sans aucune mobilité.

Valentin 02 Sur cette seconde image nous voyons très bien, à gauche la surélévation des cartilages 4/5/6.
Valentin 03 Sur cette vue, l'abaissement de l'hémithorax droit est flagrant. Cas classique de l'asthmatique.

La vision en caméra thermique nous montre parfaitement les zones clés

Valentin 04 Première côte gauche bien marquée et douloureuse à la pression ; deuxième et troisième articulation chondrosternale gauche ; deuxième articulation chondrocostale droite ; point vésicule et foie à droite ; et curieusement un « collier cervical » correspondant à C4 (nerf phrénique) avec une zone verticale rejoignant le creux susternal. Les zones thoraciques, mis à part K1, ne sont pas franchement marquées.
Valentin 05 Sur cette vue thermique on voit très bien le bloc T8-T10

Valentin debout, à son arrivée

Valentin 06 Valentin 07

Observations

Valentin, en crise, respirait uniquement avec son diaphragme, poussant sur ses bases de poumons, faisant des bruits importants de mucus, puis inspirait de même en produisant des sifflements assez forts, mais n'éprouvait pas de dyspnée expiratoire, mais une dyspnée inspiratoire légère sans vrai spasme laryngé.

Il s'agissait d'un encombrement important de ses bases pulmonaires par un mucus montant et redescendant au rythme de sa respiration. Pas d'évacuation par la toux.

Il ne s'agissait donc pas d'un asthme, ni d'un faux asthme caractéristique.

Valentin n'utilisait pas sa respiration thoracique, ses épaules étaient remontées vers les oreilles en permanence et en avant pour bloquer tout le thorax. Attitude de l'asthmatique, alors qu'il n'avait aucune dyspnée expiratoire.

À son départ, il respirait avec son thorax dans une bonne ampliation symétrique, sans contrôler son diaphragme, ce qui était un net progrès. Mais chaque nuit, vers 2 heures du matin, il reprenait en dormant sa respiration diaphragmatique avec ses bruits « d’accordéon », nécessitant une prise de Sérétide.

Corrections effectuées après la première séance  - Cliquez sur les images pour les agrandir

Valentin 08 Valentin 09 Valentin 10

Corrections après la dernière séance - Cliquez sur les images pour les agrandir

Valentin 11 Le thorax a retrouvé sa symétrie en partie haute, mais conserve une petite déformation de rotoscoliose, l'ampliation thoracique a été retrouvée et le contrôle de sa respiration ne se fait plus avec son diaphragme.
Valentin 12 Valentin 13

Le problème des pieds

Hyperpronation des deux pieds, plus importante à droite

Valentin 14 Valentin 15

Des semelles correctrices provisoires ont été bricolées à partir de cuir dur, en posant des sur-épaisseurs légères dessus à type proprioceptif, mais le réflexe n'étant pas suffisant il a fallu caler en-dessous pour obtenir un redressement correct des pieds.

Valentin 16 Valentin 17

Les parents iront voir un podologue avec qui J. Gesret travaillait quand il exerçait à Bayonne, pour réaliser des semelles thermoformées selon des techniques qui lui sont personnelles.

Semelles très rigides et orthèses correctrices à l'intérieur. Les pieds sont quasiment sortis de leur hyperpronation : Ces semelles sont provisoires mais sont indispensables pour que le travail de restructuration se consolide.

Sans orthèses Avec orthèses
Valentin 18 Valentin 19

Il reste une très petite scoliose à grand rayon de courbure qui doit se corriger avec des exercices et le port de semelles compensant les hyperpronations et la vraie jambe courte à gauche.

La tête reste inclinée à droite par dissymétrie des muscles du cou raccourcis à droite par compensation de la jambe courte gauche durant des années.


Conclusion

Traiter un enfant dit « asthmatique » nécessite une phase d'observation importante, avant tout travail correctif.

Un interrogatoire des parents est la première chose à faire pour savoir comment se comporte l'enfant pendant ses « crises », ce qui semble les déclencher, ce qui semble les arrêter, et savoir avec exactitude si la forme de dyspnée est expiratoire ou/et inspiratoire ?

Dans ce cas particulier, J. Gesret est intimement persuadé qu'il ne s’agissait pas d'asthme mais d'une surinfection « familiale » certainement de type nosocomiale récoltée par un des enfants en milieu hospitalier. Par la suite, les prises de sprays ont très certainement favorisé une infestation par un champignon, possiblement Candida albicans, ou même certainement Aspergillus (test cutané positif) par la présence d'un cochon d'Inde à la maison et de paquets de foin pour sa nourriture.

Pendant son séjour, on a pu constater une réaction de toux importante chez le plus jeune qui venait de marcher dans l'herbe coupée et séchée (type foin).

La phase de manipulations devra faire en sorte de libérer correctement le point clé T8/T10, sans cela il ne pourra pas avoir de résultats corrects que ce soit au niveau du sacrum que du thorax et des cervicales.

Toutes les anomalies doivent être répertoriées et on doit essayer de les supprimer. Par exemple, dan ce cas, l'hémithorax droit était bien affaissé et le gauche relevé, mais les côtes 4/5/6 étaient tellement relevées à gauche qu'elles avaient déformé le cartilage costal.

Enfin, l'examen des pieds et les tests de calage de la jambe résiduelle courte sont indispensables si l'on veut obtenir un résultat stable dans le temps.

Jacques Robert Gesret, Honoris Causa Académie d'Ostéopathie de Montréal
Hohenau – Paraguay le 26 Février 2012


Comparaison : Valentin avant le traitement de Jacques Gesret - Valentin après le traitement de Jacques Gesret

Valentin avant le traitement de Jacques Gesret

Valentin après le traitement de Jacques Gesret

À son arrivée le 15/02/12, avant le traitement Un mois après, le 23/03/12
Valentin 21 Valentin 22
Avant corrections Poumons vide, la tête n'est plus inclinée
Valentin 23 Valentin 24
Après corrections Ampliation thoracique maximum
Valentin 25 Valentin 26

Avant les semelles 

Un mois après - Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Valentin 27 Valentin 28

Notes

(1) Cette ostéopathe a reçu une formation Gesret. Suite à son refus, elle a été exclue du groupe !

(2) Voir les indications des macrolides sur le site de pharmacologie de l’Université de Louvain : www.antiinfectieux.org/antiinfectieux/PLS/Macrolides/PLS-macrolides-indications.html - Consulté le 19 mars 2012.

(3) Le fluconazole (Diflucan™) est un antifongique synthétique qui peut être utilisé pour traiter diverses formes d'infection à Candida albicans.

(4) Traitement continu anti-inflammatoire de l'asthme persistant.

(5) AFE : Accélération du flux expiratoire. L’augmentation du flux expiratoire a pour but de conserver l’élasticité bronchique et de permettre le désencombrement. L’augmentation rapide de la pression intra-thoracique par la compression abdomino-thoracique conduit à l’expulsion des sécrétions. Le thérapeute utilise ses 2 mains. L'une posée sur le thorax l'autre sur l'abdomen sert de contre-appui. La synchronisation des deux mains assure la permanence de la progression. Le mouvement thoraco-abdominal est réalisé sur le temps expiratoire par les mains du kinésithérapeute. Notons que deux études randomisées ont montré que cette kinésithérapie respiratoire en AFE n’avait pas la preuve de son efficacité.

(6) Seretide est indiqué en traitement continu de l'asthme, dans les situations où l'administration par voie inhalée d'un médicament associant un corticoïde et un bronchodilatateur bêta2 agoniste de longue durée d'action est justifié.

(7) Le Nazonex est indiqué en cas de rhinite allergique, saisonnière ou péri-annuelle, de l'adulte et de l'enfant de plus de 3 ans.


Annexe

Extraits de la préface de Robert Perronneaud-Ferré pour le livre de J. Gesret : Asthme, recherche fondamentale et nouvelle approche thérapeutique (Voir la Bibliographie ci-dessous)

[...] Ainsi, notant les points déséquilibrés du patient (donc mal fonctionnels) Monsieur Gesret a parfaitement compris que la cause de l'asthme est la perte de l'équilibre corporel de l'asthmatique. Par des interventions mécaniques simples, parfaitement illustrées dans son livre, il libère les limitations articulaires rendant ainsi « la fonction » à « la structure ».

Mais le point le plus intéressant c'est qu'il va permettre, à ceux qui le liront, de comprendre l'importance de l'équilibre du bassin. Sans cet équilibre maintenu, point de salut. La « jambe courte » si souvent citée est trop souvent négligée. Son équilibration, au millimètre près est capitale et c'est peut-être là que réside le plus grand mérite de Monsieur Gesret. Qu'ayant vu disparaître sa pathologie, l'asthmatique guéri abandonne sa semelle ou sa talonnette (au millimètre près), rapidement il verra revenir les symptômes, aux conséquences parfois dramatiques, dont il souffrait. La preuve est irréfutable.......

Robert Perronneaud-Ferré D.O., M.R.O. (F). Fondateur du Registre des Ostéopathes de France


Bibliographie

Livres de Jacques R. Gesret

  • Asthme, recherche fondamentale et nouvelle approche thérapeutique  - Travaux consultables à l'Académie Nationale de Médecine de Paris
  • La méthode Gesret : Acupuncture & Ostéopathie : vérité neurophysiologique. 262 pages - 16 planches couleur - format 185x255 - cousu et relié.

Articles de Jacques R. Gesret et Collaborateurs

Les Revues

Nous avons 587 invités et aucun membre en ligne

Congrès & conférences

Abonnez-vous

abonnement dec17

Calendrier Formation

Juillet 2018
L Ma Me J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31

Recevez notre newsletter

Aller au haut