Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

puzzle
fotolia 47278801
legislation
fotolia_47482661

 

Les techniques ostéopathiques - Auteurs : Jean-Louis Boutin et Isabelle Laidet

L'ostéopathie a beaucoup évolué depuis sa fondation par Andrew Still en 1874. Même si les principes de base restent les mêmes, les techniques manipulatives de traitement se sont largement développées selon différents axes.
Classiquement, les techniques ostéopathiques peuvent être divisées en 4 grands chapitres. Toutefois cette séparation est très théorique car tout ostéopathe connaît ces différentes techniques et sait les utiliser à bon escient en fonction des besoins de sa thérapeutique.

On parlera donc de :

  • techniques ostéopathiques fonctionnelles,
  • techniques ostéopathiques structurelles,
  • techniques ostéopathique crâniennes. appelées aussi techniques crânio-sacrées.
  • techniques ostéopathiques viscérales
  • techniques fasciales (ajout de Isabelle Laidet)
  • Le lien mécanique (ajout de Isabelle Laidet)

Il existe un certain nombre d'autres techniques que tout ostéopathe emploie : ce sont :

  • les pompages : alternance de pressions - dépressions appliquées sur le thorax aidées ou non par les phases d'inspiration et d'expiration.
  • les tractions manuelles axiales : alternance de traction - relâchement le plus souvent sur la colonne vertébrale mais aussi sur la hanche et sur d'autres articulations.
  • les techniques musculaires
  • les techniques myotensives mise au point par Fred Mitchell : elles nécessitent la participation active du sujet par un jeu de contracter-relâcher (mise en tension volontaire puis relâchement)qui va permettre à la lésion de céder rapidement.
  • les techniques par positionnement ou de tension contre-tension "strain and counterstrain" de Lawrence Jones.
  • les techniques des fascias
  • les techniques énergétiques
  • les techniques émotionnelles développées par John Upledger provoquant une libération somato-émotionnelle, restitution d'une énergie emmagasinée dans tout ou partie du corps, lors d'un traumatisme, d'une maladie ou d'un évènement particulier.

Il existe encore de nombreuses techniques que tout ostéopathe peut associer à ses traitements manipulatifs. Outre l'acupuncture et l'homéopathie, l'ostéopathe emploie la kinésiologie, des techniques réflexes (auriculothérapie, acupressing, dermalgies réflexes,..), la posturologie, etc.. qui ne seront pas décrites ici puisqu'elles ne concernent pas directement l'ostéopathie.

Les techniques fonctionnelles

Les techniques fonctionnelles nécessitent la participation active du sujet. Elles permettent au thérapeute, avec l'aide du sujet, de mobiliser les tissus (muscles, articulations et respiration volontaire) d'amener le sujet à un état de relâchement suffisant pour permettre la correction spontanée de la lésion ostéopathique. Elle se font toujours dans le sens de la lésion.

Les techniques fonctionnelles se divisent en :

  • technique directe
  • technique indirecte avec emploi d'un bras de levier

Elles consistent toujours à une aggravation passagère, momentanée et volontaire de la lésion ostéopathique de façon à permettre au corps de stimuler ses facultés d'auto-guérison.

  • Pour expliquer ces techniques fonctionnelles, Bob Bénichou employait souvent cette métaphore : lorsque l'on marche et que l'on se prend une manche dans un clou, il y a trois solutions :
    on peut tirer pour se dégager et peut-être déchirer la chemise, c'est la technique structurelle;
  • on peut interrompre le mouvement et revenir légèrement en arrière pour se dégager sans déchirer la chemise : c'est la technique fonctionnelle directe;
  • on peut interrompre le mouvement, revenir légèrement en arrière et avec l'autre main, prendre le tissu et délicatement le retirer du clou : c'est la technique fonctionnelle indirecte.

Techniques structurelles

La technique est dite structurelle parce qu'elle mobilise la structure osseuse, le plus souvent une vertèbre, pour la forcer en sens inverse ou en sens opposé à sa lésion. La plupart du temps, un bruit ou craquement se fait entendre au cours de la manipulation.

Les ostéopathes ne forcent jamais les articulations au-delà des limites physiologiques. La force appliquée à bon escient, que l'on appelle un "thrust", sert par sa spécificité et sa rapidité à provoquer un réflexe qui permet à plus ou moins brève échéance, la récupération de la mobilité articulaire et la cessation des phénomènes algiques.

Toutefois, ces techniques structurelles sont souvent désagréables, nécessitent de la part du sujet ainsi manipulé un état de détente, une confiance et une coopération très grande.

Techniques crâniennes

Les techniques crâniennes sont liées au Mécanisme Respiratoire Primaire. Elles sont donc totalement involontaires de la part du sujet. L'ostéopathe sent le mouvement involontaire des os du crâne et du sacrum ainsi que de l'ensemble des tissus du corps. Il définit par sa palpation ce qu'il appelle une lésion et met en place différentes techniques crâniennes :

  • exagération de la lésion,
  • mise en tension à distance à travers les membranes de tensions réciproques,
  • travail sur les Impulsions Rythmiques Crâniennes, etc...
  • techniques d'équilibre et d'échanges réciproques de Rollin E. Becker

Techniques viscérales

Les travaux entrepris depuis Jean-Pierre BARRAL sur les organes de l'abdomen ont montré qu'il existe une dynamique précise et répétitive de la sphère viscérale : les viscères se déplacent de manière spécifique sous l'influence de la pression diaphragmatique. Cette dynamique viscérale peut être modifiée (restriction de mobilité) ou disparaître. Dans ce cas, les symptômes de troubles fonctionnels d'un organe correspondent à une dynamique anormale de l'organe. En appliquant une technique spécifique, l'ostéopathe permet à l'organe de retrouver sa physiologie naturelle et les troubles liés à la restriction de mobilité sont ainsi corrigés.

Techniques fasciales (ajout de Isabelle Laidet)

On trouve deux écoles de techniques : techniques développées par Pierre Tricot et techniques développées par R.E Becker.

  • Ensemble de techniques décrites et développées par Pierre Tricot, qui libèrent les chaines fasciales en fonction des zones à libérer, par passes successives, jusqu’à l’expansion tissulaire de chaque zone, en accordant une importance particulière à la manière d’appliquer le traitement : présence (ancrage, points d’appui), attention, intention sont des paramètres objectifs fortement pris en compte et « conscientisés » par le thérapeute.
  • Ensemble de techniques décrites par R.E Becker qui libèrent les chaines fasciales et le mécanisme respiratoire primaire sur le principe d’équilibre des échanges réciproques. Le praticien entre en contact avec le corps sur la zone douloureuse, objet de la plainte du patient. Le principe de traitement repose entièrement sur l’accompagnement des tissus par le praticien, de manières la moins interventionnistes possibles. Il y a 5 schémas de traitement possibles à partir de là (l’exagération amenant les tissus dans direction opposée à la contrainte, L’action directe vers une position neutre (fulcrum), vers la ’’Santé’, le désengagement lors d’une impaction ressentie, le mouvement physiologique opposé: rotation interne d’un os périphérique et flexion d’un os de la partie centrale: OM par exemple, la technique de modelage par les membranes de tension réciproque).

Le lien mécanique  (ajout de Isabelle Laidet)

  •  Techniques de diagnostic palpatoire reposant sur un principe de mise en balance de zones de densité et d’hypomobilités, sur tout le corps développées par Paul Chauffour. Le traitement, très doux, est appliqué par points de pression sur les zones à traiter (recoïls).

Publicité

   

Les Revues

Nous avons 1709 invités et aucun membre en ligne

Congrès & conférences

Calendrier Formation

Juillet 2018
L Ma Me J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31

Recevez notre newsletter

Aller au haut