Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

 

nature sciences sante 10a

Nature Sciences Santé n°10  Février 2018

Édito

Dans ce numéro l’interview d’Howard Copper qui, avec son équipe vient de publier dans Sciences une cartographie de l’expression des gènes organe par organe. Cette publication, fruit de dix années d’un travail colossal, ouvre la porte à un immense champ de recherches et devrait amener de nombreuses avancées.

Elles permettront notamment d’améliorer l’efficacité des médicaments et de diminuer leurs effets secondaires. Nous savons déjà que la survenue de certaines maladies a une composante chronobiologique et que l’efficacité des médicaments, tout comme leurs effets secondaires, sont différents selon le moment où ils sont administrés. Néanmoins, dans de nombreux cas encore, ces moments de prise de médicaments sont établis de façon arbitraire.

De nouveaux domaines de recherches, la chrono-alimentation et la chrono-nutrition, devraient également profiter de cette cartographie. Le métabolisme d’un aliment ou d’un nutriment varie en fonction des rythmes biologiques et leur devenir métabolique peut être différent selon le moment où il est consommé. Savoir à quels moments, dans un organe donné, l’expression des gènes atteint un sommet, devrait aussi permettre de mieux définir le créneau horaire permettant d’obtenir la meilleure absorption et la meilleure activité des nutriments.

Toute l’équipe de Nature Sciences Santé vous souhaite une très belle année 2018 !

Sommaire

L’argousier - De l’usage traditionnel à la recherche scientifique argousier

Les propriétés de l’argousier sont connues depuis des centaines d’années et ses baies sont utilisées depuis fort longtemps pour leurs qualités nutritives comme pour leurs propriétés médicinales. La richesse de ses fruits notamment en vitamines et en acides gras, dont certains relativement rares dans l’alimentation, en font un aliment recherché. Des jus de fruits, des compléments alimentaires à base d’argousier sont disponibles dans de nombreux pays. Pourtant, la recherche scientifique sur ses effets bénéfiques pour la santé est encore balbutiante et les études cliniques relativement rares.

La pyrroloquinoline quinone ouPQQ

La PQQ, pyrroloquinoline quinone, également connue sous le nom de méthoxatine, est omniprésente dans la nature. Bien que sa découverte ne remonte qu’à 1979, des études cellulaires et sur l’animal ont permis de découvrir un grand nombre de ses fonctions biologiques et de comprendre son importance. Quelques études sur l’homme, encore peu nombreuses, confirment certains de ses effets bénéfiques.
La PQQ a d’abord été reconnue comme un cofacteur bactérien. Une de ses particularités chimiques est que, dans certaines conditions, elle est capable de catalyser de façon répétée jusqu’à plusieurs milliers de réactions d’oxydation et de réduction ainsi que des désaminations oxydatives. La plupart des composants ont plutôt tendance, dans de telles situations, à très rapidement s’oxyder ou à former des polymères et doivent alors être régénérés.

Dossier : Les infections urinaires

La prévention est très importante

Les infections urinaires sont causées par une prolifération anormale de bactéries et peuvent toucher une ou plusieurs parties du système urinaire : les reins, les uretères, la vessie et l’urètre. elles se manifestent le plus souvent par des douleurs ou une sensation de brûlure lors de l’émission d’urine. elles peuvent parfois s’accompagner de douleurs abdominales et de fi èvre. Les infections urinaires peuvent être aiguës ou chroniques, et dans le second cas, revenir jusqu’à trois ou quatre fois dans l’année.
Compte tenu de la résistance aux antibiotiques, le traitement de première intention des infections urinaires, la prévention revêt une importance particulière. outre des mesures hygiéno-diététiques simples, un certain nombre de substances naturelles peuvent aider à diminuer l’incidence des infections urinaires récidivantes, voire les faire disparaître

Canneberge & infection urinaire au masculin
Près de 30 à 50 % des hommes présentant une hypertrophie bénigne de la prostate ont fréquemment des infections du système urinaire nécessitant un traitement efficace. Les patients, souffrant de cancer de la prostate, traités par radiothérapie pelvienne externe ont également un risque accru d’infection du système urinaire.

Plus de risques d’infections urinaires en cas d’obésité
Toutes ne donnent pas de résultats concordants, mais un certain nombre d’études suggèrent que le surpoids et l’obésité favorisent l’apparition des infections urinaires, chez les adultes comme chez les enfants. Par rapport à celles qui ne sont pas en surpoids, il semble que le système immunitaire des personnes obèses soit perturbé, ce qui peut expliquer, au moins en partie, leur plus grande sensibilité aux infections.

Le diabète en question
Les infections urinaires sont plus fréquentes et souvent plus compliquées chez les diabétiques, surtout lorsque leur glycémie est mal contrôlée. Des concentrations élevées de glucose dans le sang peuvent en effet favoriser la croissance de bactéries pathogènes. Les diabétiques peuvent également avoir une réponse immunitaire perturbée qui les rend plus vulnérables aux infections.

Le rôle de la vitamine D
L’implication de la vitamine D dans le système immunitaire est bien établie. Un certain nombre d’études ont montré l’importance d’avoir des niveaux suffisants de vitamine D pour protéger le système urinaire des infections.

Infections urinaires & grossessemicrobiote vaginal
La grossesse augmente le risque d’infection urinaire et près d’une femme enceinte sur dix est touchée. Lorsque l’utérus grossit, il pèse sur la vessie et les canaux urinaires entraînent de fréquentes envies d’uriner. Dans le même temps, comme les hormones de la grossesse ont tendance à diminuer le tonus de la vessie, les femmes enceintes ont souvent du mal à la vider complètement, avec pour résultat une stagnation d’urine qui augmente le risque de cystite.

Questions au Docteur Jean-Marc Bohbot

Médecin infectiologue à l’institut Fournier à Paris, le docteur Jean-Marc Bohbot est spécialiste des infections génito-urinaires. il est l’auteur, avec Rica Étienne, du livre Microbiote vaginal, la révolution rose. Comment les nouvelles découvertes sur la flore vont transformer votre santé intime, publié chez marabout.
Le Dr Jean-Marc Bohbot  explique dans cet entretien quels sont les moyens de prévenir et traiter les infections urinaires, la cystite chez la femme et la prostatite chez l’homme.

Entretien avec Howard Cooper - Une avancée majeure dans le domaine de la chronobiologie

Une équipe de chercheurs de l’Inserm, dirigée par Howard Cooper (unité Inserm 1208 « institut cellule souche et cerveau ») a établi, pour la première fois, une cartographie inédite de l’expression des gènes, organe par organe. Ce travail colossal, commencé il y a dix ans et qui a nécessité deux années d’analyses, est le fruit d’une collaboration internationale et d’une coordination dans le temps et l’espace. Howard Cooper a d’abord obtenu la collaboration de l’institut de primatologie du muséum du Kenya où il a établi un laboratoire. Par la suite, il a recruté un collègue, Satchidananda Panda, professeur au laboratoire de mesures biologiques à Salt Lake City, aux États-Unis. Ludovic Mure, un des anciens doctorants de son laboratoire, y effectue son stage de post-doctorat.
Nous avons demandé à Howard Cooper de nous parler de ce travail de cartographie et des conséquences et applications qu’il pourra avoir, notamment dans la prise en charge de certaines maladies et pour l’amélioration de l’efficacité de médicaments ou nutriments.

Abonnement

Directeur de la publication : André Dunand
Rédactrice en chef : Brigitte Karleskind
Périodicité : 8 numéros par an + 2 hors-série
Abonnement annuel :
   - version papier : 36 € ou CHF 39
   - version électronique : 32 € ou CHF 35
=> S'abonner à Nature Sciences Santé

Les Revues

Congrès & conférences

Nous avons 976 invités et aucun membre en ligne

Recevez notre newsletter

Aller au haut