Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

 

nature science sante 06a

Nature Sciences Santé n°6 Juillet 2017

Édito

L’innovation, les progrès technologiques sont sources d’amélioration et de simplification de la vie quotidienne. Mais ils peuvent aussi avoir des effets pervers sur la santé.

Les inventeurs de l’ampoule à incandescence ne voyaient que le progrès que représentait l’entrée de la lumière dans les foyers. Ils ne savaient pas que cette invention extraordinaire peut avoir des effets néfastes sur le sommeil et par suite sur la santé. L’exposition à la lumière artificielle qui éclaire les rues et les intérieurs perturbe la sécrétion de la mélatonine et donc le sommeil avec toutes les conséquences que cela peut avoir.

Les ordinateurs, les tablettes, les téléviseurs, les liseuses, les téléphones portables sont présents dans presque toutes les maisons et, le soir, leurs écrans diffusent une lumière bleue tout comme les LED qui sont venues remplacer les ampoules à incandescence. Et cette lumière a, elle, aussi, un impact sur la santé.

Les avancées technologiques et scientifiques dans l’industrie agroalimentaire ont permis de diminuer de façon importante le risque d’intoxications alimentaires. Mais la consommation de trop grandes quantités de produits raffinés porte, au moins en partie, la responsabilité de ce que l’on appelle les maladies de civilisation. A cela s’ajoute encore, les progrès dans les transports qui font que nous ne bougeons plus beaucoup parce qu’il est facile de se déplacer en voiture, en moto, en bus ou en tram…

Mais peut-être ne faut-il pas accuser le progrès mais plutôt l’usage que nous en faisons. Rien ne nous empêche, le soir, d’éteindre nos multiples écrans, rien ne nous empêche non plus de manger des produits frais, simples et sains et rien non plus ne nous empêche de pratiquer régulièrement une activité physique.

Brigitte Karleskind

Sommaire

L’ashwagandha : De l’usage traditionnel à la recherche scientifique

L’ashwagandha appelé également ginseng indien ou cerise d’hiver tient une place importante dans le système médical traditionnel de l’Inde depuis plus de 3 000 ans. L’ashwagandha y est utilisé comme tonique au quotidien. Des recherches sur l’animal et des essais cliniques sur l’homme soutiennent son utilité pour soulager l’anxiété, les effets du stress ou améliorer la mémoire

Dossier : Protéger, renforcer la vision au quotidien

Nous mettons chaque jour nos yeux à rude épreuve. Les téléviseurs, les écrans d’ordinateur, les tablettes, les téléphones portables, les consoles de jeux, les ampoules à basse consommation, les LED… diffusent de la lumière bleue aussi appelée haute énergie visible (HEV ) qui les agresse, peut les endommager et favoriser l’apparition de maladies comme la dégénérescence maculaire liée à l’âge ou la cataracte. Il en est de même de l’exposition au soleil sans protection. Enfin, passer de longues heures à travailler, à jouer sur écran les fatigue et peut perturber la vision. Des nutriments antioxydants comme la lutéine, la zéaxanthine, l’extrait de myrtille ou de safran, des acides gras oméga-3… peuvent aider à protéger les yeux et à atténuer certains effets néfastes de notre environnement.

Dossier : Écrans et fatigue visuelle

Nos yeux sont sollicités en permanence et doivent faire des efforts d’accommodation incessants lorsque nous travaillons sur un écran d’ordinateur, de téléphone portable ou de console de jeu. L’œil balaie, plus ou moins vite, différentes zones, différents plans plus ou moins éclairés, et sollicite fortement ses muscles. Passer plusieurs heures d’affilée sur un ordinateur ou une tablette, même dans des conditions optimales d’ergonomie, d’éclairage et de correction visuelle, pèse sur les muscles oculaires qui se fatiguent et, avec le temps, s’affaiblissent.

Dossier : Le syndrome des yeux secs ou sécheresse oculaire

Le film de larmes qui recouvre la cornée la protège contre les agressions mécaniques et les infections. Ce film de larmes composé de mucus, d’eau et de lipides est régulièrement réparti sur la cornée par le clignement spontané avec une fréquence normale de 10 à 20 par minute. La bonne qualité des larmes permet entre chaque clignement d’avoir un film lacrymal stable et une bonne hydratation de la cornée.

Dossier : Les ampoules LED seraient-elles dangereuses pour nos yeux ?

La lumière émise par les ampoules LED, qui ont désormais remplacé dans notre quotidien les ampoules à incandescence, ne serait pas sans danger. C’est ce qu’une équipe de l’Inserm a mis en évidence sur des rats. Ils ont d’abord montré que, quel que soit le type d’ampoule utilisée, l’exposition à une forte intensité lumineuse (6 000 lux) durant 24 heures altère la rétine des animaux dont la pupille a été dilatée. L’analyse biologique montre dans tous les cas un état inflammatoire qui favorise la mort cellulaire (apoptose) des photorécepteurs impliqués dans la vision. En revanche, lorsqu’ils ont exposé durant 24 heures ces mêmes animaux à une intensité lumineuse similaire à celle utilisée habituellement dans les habitations (500 lux), seules les LED ont eu des effets néfastes.

Dossier : Prévenir les effets néfastes de l’exposition au soleil

Sur les quelque six cents membres de la grande famille des caroténoïdes, la lutéine et la zéaxanthine sont les deux seuls présents dans la rétine et le cristallin de l’œil. Elles semblent protéger les yeux des effets délétères de l’exposition au soleil.

Dossier : Dégénérescence maculaire liée à l’âge

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une maladie dans laquelle la portion centrale de la rétine, la macula, est détériorée. La DMLA est la première cause de handicap visuel chez les personnes de plus de cinquante ans. Il existe deux formes de la maladie : atrophique (sèche) et exsudative. 85 à 90 % des cas sont de type atrophique. Les deux formes affectent simultanément les deux yeux. La vision devient sévèrement perturbée, la vision centrale étant plus affectée que la vision périphérique. La capacité à voir les couleurs n’est généralement pas affectée.

Dossier : Renforcer la vision nocturne

Conduire de nuit avec l’éblouissement que provoquent les voitures venant en sens inverse est fatigant. Avec l’âge, cela devient encore plus difficile. Des études montrent qu’une supplémentation avec certains nutriments peut aider à améliorer la vision nocturne.

Trouble dysphorique prémenstruel ou TDPM - Laurence Schmidt Fuhrmann, Naturopathe

« Un quotidien, une vie perturbée ou la coupe des souffrances n’a pas la même taille pour tout le monde », Paulo Coelho…
Bien que la majorité des femmes ressentent, à divers degrés, des symptômes prémenstruels, connaissez-vous la version particulièrement sévère de ces troubles qui touchent surtout l’humeur, vont de l’irritabilité majeure à l’anxiété généralisée, parfois associée à un syndrome dépressif intense ? Ils apparaissent avant le déclenchement des règles et s’estompent, comme par enchantement, lorsque celles-ci débutent.

Questions au Dr Vincent Renaud : Et si c’était une candidose chronique ?

Le Candida albicans est un champignon microscopique opportuniste naturellement présent dans l’organisme de l’Homme et, en particulier, dans l’intestin où il fait partie de la flore intestinale. La candidose apparaît lorsqu’un déséquilibre intervient dans cette flore intestinale et que le Candida albicans commence à submerger les autres micro-organismes.

Entretien avec le Dr Philippe Blanchemaison : Soulager les symptômes de la maladie veineuse

Les jambes sont lourdes, gonflées, davantage en fin de journée et, plus encore, lorsqu’il fait chaud ou que vous avez passé la journée, debout, à piétiner, vous ressentez des fourmillements, des crampes nocturnes... Ce sont les signes de la présence d’une insuffisance veineuse ou maladie veineuse. En l’absence de prise en charge, cette maladie bénigne au départ, s’aggrave inéluctablement avec le temps et plus ou moins rapidement selon les personnes.
Nous avons demandé au Dr Philippe Blanchemaison, angiologue-phlébologue, de nous expliquer l’origine et les mécanismes de cette maladie, ce qui peut la favoriser et, aussi, comment la soulager

Abonnement

Directeur de la publication : André Dunand
Rédactrice en chef : Brigitte Karleskind
Périodicité : 8 numéros par an + 2 hors-série
Abonnement annuel :
   - version papier : 36 € ou CHF 39
   - version électronique : 32 € ou CHF 35
=> S'abonner à Nature Sciences Santé

Publicité

Bulletin d'abonnement

abonnement juin17

Les Revues

Congrès & conférences

Nous avons 482 invités et aucun membre en ligne

Recevez notre newsletter

Aller au haut