Une sélection des livres de la bibliothèque...

Index de l'article

EXTRAITS : INTRODUCTION

La reproduction de cette introduction n'est pas libre de droit

L'orthodontie regroupe diverses techniques dont la plus connue et la plus en vogue est celle du multibagues, les fameux « rails métalliques » dans la bouche des adolescents. Aujourd'hui, l'orthodontie devient le passage obligé du sourire parfait. Mais redresser les dents n'est pas un acte anodin. Comme toute technique, l'orthodontie a ses indications et ses limites. On trouve pourtant normal, aujourd'hui, d'y recourir pour un défaut minime. Comme la chirurgie, l'orthodontie transforme le corps de manière irréversible. Si le résultat n'est pas satisfaisant, on ne peut pas réimplanter les dents extraites et revenir à l'état initial. Bien sûr, on ne peut renoncer à intervenir en cas de défaut sévère. Mais le consentement du patient doit être « éclairé ». L'ouvrage n'incite pas à refuser tout traitement mais à se poser la question de savoir ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas dans le cadre d'un traitement raisonné.

Ces pages proposent une réflexion sur des pratiques telles qu'extractions, traitements tardifs, contention à vie, etc. Le patient les accepte parce qu'on lui affirme « on ne peut pas faire autrement ». Il ne s'agit pas de remettre en cause l'orthodontie en général mais d'en pointer une vision mécaniste, mutilante et réductrice qui a de nombreux effets néfastes à long terme sur la santé. En ce qui concerne les extractions, la controverse existe au sein même de la profession: depuis les débuts de l'orthodontie, extractionnistes s'opposent aux non-extractionnistes. Il s'agit donc de rendre public un débat fort ancien. Il est important que les patients puissent donner leur avis et que cette question, éthique autant que thérapeutique, ne soit pas confinée aux seuls débats de spécialistes.

De même il apparaît essentiel que le patient soit informé des effets secondaires liés au traitement (incidences sur le profil, l'état des dents, l'articulation des mâchoires, la santé, etc.), d'autant plus s'ils sont désastreux. Une pratique aveugle et sans conscience est d'autant moins admissible qu'il existe d'autres moyens de traiter, sans extractions ni effets secondaires dans la plupart des cas. Il est temps que mentalités et pratiques évoluent. Il est temps de mettre fin aux traitements tardifs. Aux parents de s'informer et de refuser que l'on mutile leur enfant. Il en va de l'avenir et de la santé des générations futures.

Le livre invite à une prise en charge globale du problème. C'est un plaidoyer pour une intervention précoce et, si ça n'a pas été le cas, pour une action circonspecte. Mais dans ce dernier cas, c'est-à-dire chez l'adolescent et l'adulte, attention : s'il est tentant de croire que la prise de conscience peut tout régler, il n'en est malheureusement rien (sauf à verser dans l'obscurantisme). Il ne s'agit pas de remplacer une technique mutilante par des croyances mutilantes : croire au miracle est une façon de s'empêcher de guérir. Puisse le lecteur croire plutôt à l'information, au raisonnement, au choix éclairé. Et le praticien avec lui.

La reproduction de cette introduction n'est pas libre de droit. Merci aux Éditions Luigi Castelli de nous avoir autorisé à la reproduire.

Aller au haut